Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 19:25

 

Je vis, je rêve, je tombe

Je ris, j’aime, jeu d’ombre

Ainsi le temps en poussière

Court, coule au fond de la mer

 

J’écris, je poétise, j’espère

J’enlie, j’idéalise, j’enserre

Ainsi le sang en frontière

Jour, soul martyr d’hier

 

Oh l’Ange, dominicale, fief  vassal

Oh Ange, pastorale, ciel subliminal

Entre ailes et auréoles, horloge en soi

Et sur ce chemin, d’elle, or éole, no graal…

 

Je prie, j’attends, même

Je nie, je mens, ire haine

Ainsi perversité identitaire

Au lundi se meurt, enfer…

 

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 05:47

Ne pas juger, ni faux naturel
Comprendre qu'ici où ailleurs
Rond d'eau, une rencontre
Marque un instant, montre
Quel temps me reste t-il
Quel temps vous reste t-il
M'importe, tout court, meilleur
Ne pas attendre, ni fausses ailes.


Elle danse, je rampe
Elle fonce, je trempe
Ou s'arrête la peur
Où commence, lueurs


Ne pas parler, ni faux espoir
S'illuminer d'espérance
Rond d'ego, une rose
Suave épine, poison dose
Quel sang me restera t-il
Quel sens vous restera t-il
M'emporte, luxe romance
Ne pas montrer, boire...

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 22:47

 

Trouveras-tu l’amour, le même

Que celui qui écrit, cet idem

Trouveras-tu l’amour, si personnel

Qui vous édit, vie, septième ciel

 

Et l’ego, même accord

Idéaux, même essor

Encore un pas au sien

Encore un chat, félin

 

Et faut-il attendre demain

Fossiles, nouer vos mains

En corps, ébats, faim

En cor, sonate, viens

 

Trouveras-tu l’amour, lequel

L’invisible liaison, rêve

Trouveras-tu l’amour, ma belle

Zahir, partagerez-vous, étincelle…

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 21:20

 

Ainsi s’écrit sans lui, la vie et les ennuis

Ainsi s’enfuit sans cri, l’infini de sa vie

Naitre pour disparaître

 

Frère de mon premier à son dernier, regrets

Frère d’éternité, ce carambar baiser

 

Ainsi s’édit l’oubli, l’anniv et ce qui suit

Ainsi soit-il, en Frère, je l’imagine oui

Avatar réapparaitre

 

Frère, mon cœur en ses cendres, tous nos secrets

Frère, à jamais notre amour si sacré

 

Paix et Amour en ce jour d'anniversaire où tu as connu la vie.

04 septembre 1966

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 07:45

 

 

 

Et au temps qui court, comme l’amour

Au fond du jardin, des fruits, pleins

Mais un seul pour, suffirait pour

Attendre, murissant, ciel festin !

 

Et depuis tous, titre en fou

Mon choix, assis s'échoie

Faut-il être vous, engoue

L’aventure, Elle, corps-moi !

 

Bien sur, la poésie peint, la vie étreint

Et la mort, éteint tout, certain

Bien sur, son regard enclin, serein

Ainsi soit-il, à demain… 

 

Bien sur, lire les mots, décryptage

Et l’esprit torture l’ego, rivage

Bien sur, l’inaction, déclin, rage

Ainsi soit-il, ermitage

 

Et au temps d’un dimanche, songe

Elle et moi, paradis immense

Mais un seul, lange d’autre, s’épanche

D’autre dimanche, Elle et moi, annonce

 

Et depuis, attente rythm’mix, techno 

Pulsent mes pas, tournoie parano

Faut-il, danse, pas de réseau

L’avenir, maktub, tais-toi et sois beau… 

 

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 07:39

 

Évidé, j'erre dans la nuit

L'eau vu le, haut degré

Espère matou zoïde 

 

Les jeux de mots

Font les maux

Où ? Où ? Où?

 

Ejaculé, course de nuit

L’ovule, être le premier

Spermatozoide

 

Le mieux n’est jamais

Toujours des sens cachés

Où ? Où ? Où ? 

 

Décédé, erre sans vie

Mer, au fond, l’éternité

Frère, réincarne-toi !!!

 

 

Amis ! Flo, Flot toujours !
Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 03:45

Le temps file si vite
L'amour oscille
Où et à quel endroit
Se trouve... Toi
Le matin à son aurore
Ma main cherche ce corps
Où et à quel moment
La rencontre, euphorisant
La nuit à ses quartiers
L'une suffirait
Ou et à quelle saison
L'unisson...

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 14:52

Il était une fois

Une fée enchantée

Elle m’a possédé

M’ôtant peau et

Des os, reliques

Il était une fois

Une fée enchantée

Elle m’a donné

Chanson, don et

Âme, frénétique

Mais sans refrain,

Rien qu’ordinaire

Mais sans ses mains

Rien, hors d’hier

Sans cri, sans prix

J’avance dans la nuit

S’enfuit, sang luit

Ici, sans, plus de lui

Il fut une belle fois

Une fée d’ecstasy

Elle m’a réveillé

A cette réalité

Et depuis, raie

A Littré, supplique

Il fut une belle, croix

Une fée, mon paradis

Elle m’a éveillé

Pas d'un baiser

Même si pendu aux baies

Sied l’espoir, si profond enterrer….

dehors, joue l'enfant en rêvant

qu'elle l'aime, l'entourant de ses ailes

et si fort, contre son doudou, priant

qu'il l'aime, drôle de destin, cruel...

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 09:58

Les uns disent merveille
Les autres se taisent, quels ?
Lesquels au mieux,
Les uns annoncent ciel
Les autres, querelles
Lesquels ? Ô Dieu !
Qui des uns ou des autres
Et des autres qui se disent uns
Lesquels, tous, aucuns, apôtres
Je cherche chemin, y a quelqu'un ?
Les uns disent continue
Les autres marmonnent, vis-versa
Et mon âme, mon cœur, moral négocient
Les uns disent comme de bien entendu
Les autres répètent, cahin-caha
Et moi, pourparler, réfléchis
Les uns auront l'instant
Les autres bénéficieront
Mutualité, mon remerciement
Les uns crieront scandale
Les autres me lanceront sandales
Ma décision, unique et appropriée, maintenant
Je suis un et autre
Je suis autre et un, apostrophe
Ça y est, j'avance
Un tout petit pas si immense

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 12:56

De part son passé ses souvenirs
Elle a assez souffert
De part ses plaies, ses délires
Elle a assez souffert


À midi, sonne pas
Et non plus avant qu'après
À minuit, donne pas
Un baiser Roméo, ecoeurée


Elle te remerciera
Elle te congédiera
Ne l'embête pas
Assez, elle n'en veut pas


À six heures, images rêves glacés
À dix-huit heures, plage et cocotiers
Parle pas, écoute la
Cherche pas, regarde la


De part tromperies, malheurs
Elle a assez souffert
De part coups de feu, l'horreur
Elle a assez souffert


Et chaque seconde, flots de regard
Transhumance dans cette mare
Au fond, fusionnel instant
À chacun, l'enfer, bleu champs

-------------//---------------

Plus d'envie, assis au rebord

Je regarde le fond,
Et là, scintille l'étoile du sort
Va de l'avant
Plus d'énergie, chute libre
Ainsi va la vie, tombe, vibre
Ne calcule pas, laisse aller
Rien ne sert, prends tout
Rien n'éclaire, sois fou
La folie, espace entre fond
Libère-toi, ouvre ton subconscient
Plonge, délivre-toi de ses chaînes
Rejoins l'irréel, loin des peurs, des peines
Rejoins l'irréel, mieux ou pire, qu'elle, perte
Assis au rebord, s'incline, absence, être...

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article