Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 10:59

.A chacun son automne.

  

 

Arrive l’automne

Là, en tombe

Mon corps

 

Arrive l’automne

Figures sombres

Toussaint encor

 

Dans l’enceinte

La même contrainte

Des passants inconnus

 

Qui sont ceux qui viennent ?

Toujours cette même scène

Du théâtre en décor nu

 

Arrive l’automne

Journée de couronnes

Chrysanthèmes en Tour de Babel

 

Arrive l’automne

Un printemps s’y donne

Nettoyage annuel

 

Et au crépuscule

La nuit dissimule

Leurs sels de larmes taries

 

Qui sont ceux qui reviendront ?

De leurs vivants

Avant l’automne ici ?

 

Arrivent corbillards

Traîneaux de trouillards

La mort les attend

 

Arrivera leur automne

Immuable donne

Cimetière sans fond

Repost 0
Published by Troubadour de la Rêvéalité - dans L'enfer des mots
commenter cet article
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 17:07

La roue tourne…

 

Elle m’a laissé sur le quai

Sans ticket, sans composé

Le moindre numéro

Trop zéro

Dragueur séducteur

Pas le meilleur

Aux je tiens à toi

Bébé reste avec moi

Elle m’a laissé sur le quai

Sans savoir où aller

Tant le retour a été

Simple

Simplet

Simple naïf possédé

Elle a profité

De moi

Moi, l’Antibois

Elle est partit dans sa destinée

Me laissant seul sur le quai

Un sourire dans le vent

Casser, brasse l’air petit enfant

Profite de nos souvenirs

T’aura rien de mieux que pire

J’emporte ton cœur

Et le jetterait du wagon

Lancé au mur du son

Pour que tombe,

T’en tombes

Et que souffres

Tu sois dans le gouffre

De toutes celles que toi aussi…

Inutile d’en dire plus, t’auras comprit….

 

29 octobre 2009

Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 17:36

Pour toi, fleur de mon jardin


Et file l’amour à la grande poésie

Aux doux discours, file ainsi

Sans laisser autre qu’un chagrin

Grand, le silence fait tombe

Un crépuscule  sans fin

Et si pleurent mes lèvres de plomb

Cèlent  aussi  lisse qu’une vague

S’échouant pour mourir, l’image

D’un grand amour, tsunami

Et seul sur la rive, je dessine

Son sourire en branches qu’enlie

L’espoir de la revoir, juste un signe

Un rêve au destin éteint

Lorsque trahie, je n’ai pas su

Lorsque fautif,  pour des rien

Je n’y ai pas cru…

L’amour laisse les fautes, le vide

Les regrets dans la tête, pesticide

Et dans le cœur, tsunami sans cesse

Sans elle,  m’en blesse…



                                                                                                                26 octobre 2009



Repost 0
Published by Troubadour - dans Cendres
commenter cet article
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 09:27


Arriverai-je à écrire de toi

Le marbre qu’ensorcelle

Tous les mots qui de toi

Font splendeurs, femme irréelle

Arriverai-je à écrire

Travers d’inconnus, lignes de toi

Des poésies, des vers que l’on ne boit

D’imaginaire, d’extrorse satyre

Pardonne mon âme en ermitage

Emprisonné d’un réel qui fait ancrage

Pardonne mon absence sur l’image

La photo, ne donne qu’au froid, cage…

Et si s’en délie mystère à tout ; n’aurai-je alors

Froncé en ma prière, le fil uni de ton corps mort….

 

 Suite à mon entrevue dans sa demeure éternelle où Rêvéalité fait passerelle

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans Léa
commenter cet article
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 15:49

Entre ailes, l'esprit s'envolent d'elles...

Elles saisons de ma vie
Celles qui entourent  et enlient
Aux baptêmes des nuits
Douces qu’aux enfilades
Les astres chante ma balade

Elles soleil de mes écrits
Brulent chaleurs qu’enlient
Louves d embrassades
Les fantômes hantent  cette promenade

Et si toutes ces fleurs
Et si tous ces bonheurs
Ephémères que de bon goût
Laissent a mon arbre, des goûts

Et déchirent robes de vertu
Vivre me rend de contenu
Amoureux des âmes
Blesse et lèse cette frame





Repost 0
Published by Troubadour - dans Poésie
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 13:04


Malgré que politique, religion ou sectarisme

N’en soit  vinaigre à ma pensée

Permettez l’écriteau de ma fierté

Eloge à mon fils, purisme

 

Rien qu’un petit pas à sa vocation

Rien qu’un souffle et cependant

Permettez ces quelques mots

D’un papa heureux d'un de ses marmots…

 

Félicitations.

(Cliquez quelque part)

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 12:37

 

.Assis sous mon arbre.

 

 

Assis sous mon arbre, je me suis endormi

A l’ombre feuillage, la bise m’assombrit

Périple en escales, vue sur carte postale

Un long somme sur la rivière des annales

 

Assis sous mon arbre, je me suis assoupi

Feuilletant l’histoire, sal, passé que j’ai fui

Faiblesse ou tendresse, détresse et caresse

Songe ou rien n’efface, pas même toi, Princesse

 

Salsa sur la rime, salsa sur toi accroche

Tel si l’aube à la nuit, toi et moi, bien plus proche

Salsa sur la rime, salsa en moi, reproche

L’amour et la folie, toi et moi, trop gavroche

 

Assis sous mon arbre, je me suis engourdi

Revêtu d’ombrage, comme si moi aussi

L’écorce m’enclavait, sève qui paralyse

Récit d’existence à ma veine trop paisible

 

Assis sous mon  arbre, je l’ai trop enlacée

Bris de nos bras liés, instant inégalé

Mon arbre fut scié, débité comme moi

Jetés dans l’âtre pour réchauffer d’autres toits

 

Salsa sur la rime, brindille qui pétille

Comme l’être et la mort, toi et moi, bien plus proche

Salsa sur la rime, ta cendre volatile

Nous et le silence, toi et moi, trop gavroche




                                                                                                                                                                          13/10/2002

Repost 0
Published by Troubadour - dans Poésie
commenter cet article
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 17:24



Regardez, regardez bande de naze

La femme que je tiens là

A mes bras

Regardez, regardez bande de naze

Cela  vous surprend que moi

Je l’embrasse, p’tit pois

 

Elle trémousse sur mes lèvres

Elle enroule son corps en fièvre

M’envoûte d’amour

 

Et vous, regardez, regardez

Regardez, bande de naze

La simplicité

Et parlez, racontez, répétez

Continuez, bande de naze

Pas prêt

 

Elle et moi, ou demain une autre

Qu’importe, durée de l’aorte

Tambourine l’amour



                                                                                                                                                         06 septembre 09

Repost 0
Published by Troubadour - dans Délire
commenter cet article
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 11:05


Rien n'efface l'essence d'Eve
Trouvez trace, l'essentielle !
Augmente pour sang, l'âge
Et quatre vingt quinze  en pourcentage
S'emmerde dans la vie
S'emmerde dans le lit....

Repost 0
Published by Troubadour - dans newborn
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 19:03


.Misandre.

 

Elle ne lui a pas encore écrit

Avec  sa plume d’ange, son déni

Son refus à se vouloir Vénus

A ses  mains d’Apollon, déglue

 

Elle n’a pas voulut ternir

Avec sourire qui lange, dires

Son amour  à ne vouloir main

Gravure des  paroissiens

 

Et barathre à celui qui l’attend

Et ne comprend à cet instant

La pomme croquée, gâtée

Qu’à une autre, elle aura partagé

 

Et candeur prose à n’en finir

Aux versants désespoirs, satyres

Qu’elle en sera la fin, cygne doux

Elle d’indifférence, l’en rendra fou…

 

02 septembre 2009



Repost 0
Published by Troubadour - dans Poésie
commenter cet article