Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 12:51

Décision


Certains m'ont dit qu'au temps
D'autres me narrent que non
Pourtant
Certains me racontent leur chanson
D'autres leurs violons
Et en attendant


Glisse le vent sur les joues mouillées
Et grincent dents à tout évoquer
Rien ne vaut sans avoir l'essentiel
Pourtant


Et chaque pas, chaque regard, jamais droit devant
Et chaque cas, chaque gare, complait de tourments
Cependant
Comme un en chantant
Même si les autres n'en retiennent le son
Quant on est con...


Frise le bon sur les coups donnés
Et tisse ce don, accepté
Bien que rien n'a de substantiel
Avançons...

Repost 0
Published by Troubadour - dans newborn
commenter cet article
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 10:18



Imagine



Imagine, son regard dans les mots bleu

Ceux qui  font rêver, haut cieux

Imagine, cette main frôlant la sienne

L’haleine qui doucement s’entremêle

Imagine, cet instant merveilleux

Mieux qu’un rêve d’amoureux

Imagine la vie alors à deux

Vieux rêve, si langoureux

Imagine alors ce virage devant

Insistant coup de frein avant

Imagine l’horreur au tournant

Pourtant imagine… tuant !

 


Imagine

 

Ce regard n’était qu’un ciel

La main n’était qu’un docteur

Prenant pouls, respirateur artificiel

Drôle de rêve d’y lire laine à couleurs

Alors que son corps s’éteint lentement

Passe une chanson sur l’autoradio

Rêve brisé,  drôle de scénario

Ecoute donc cette chanson
 

Imagine...







Repost 0
Published by Troubadour - dans Délire
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 15:06



Un soir d’espérance, la vie s’est mariée
A la plus belle Signorita de la cité
D’espadrille bleue pour va nu-pieds
A un bol pour coupe de rasta, mais
Un soir d’esperanza, la vie s’est liée
A une si belle Signorita de quartier
Pastilles si rondes pour nier la nudité
Voilà la belle prête à s’abandonner
Un soir d’espérance, la vie s’est donnée
A la plus belle Signorita qu'il a aimé
Ni la plus étoilée, ni la plus regardée
Mais dans son cœur, l’espoir de la croiser
Un soir d’esperanza, la vie va les quitter
Et qui connaît la suite pour la chanter
Et qui connaît la suite pour la narrer
Un soir d’espérance, ces mots vont s’égarer
A la plus belle Signorita qu’on n'a jamais imagé
La mort pour les enlacer
Voilà un soir d’esperanza, une vie remaniée




Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 16:11



.Mythe…mite.

 

Fils d’ouvrier, de mère au foyer

J’ai côtoyé les plus grands

En vos regards étudiés

Vous, les savants !

 

Ado des plages, d’une mer estivale

J’ai  nagé entre vos pensées

Erreur  du plus banal

Le sentiment ensablé

 

Vous qui lisez mon malheur

Lisez votre bonheur

Vous qui  imagez si haut

Laissez-moi creuser mon tombeau !

 

Moi qui vous ennuie, ici ou là

Laissez mes pas dans cette rêvéalité

Moi qui écris et dénis,  vie en glas

Laissez ma mine dans ce vide réfrigéré

 

Noyé dans une meule,  je ne vois

Catapulté, hors orbite

Je ne vois  nul choix

Crucifié d’utopie, mite…

22 février 2009





Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 12:31



Je suis amoureux parce que…

Tellement que…

Elle qui feint, elle qui passe souvent

Ignore t-elle mes sentiments

 

Je suis amoureux

Et ma vie glisse mieux

Elle qui plait, elle qui ne sait

Lui dirai-je, à quoi bon, j’m’tais

 

Je suis amoureux parce que…

C’est mieux que…

Elle avec, elle et moi, son mec

Enfin,  film de salamalecs

 

Je suis amoureux,

Et mes rêves heureux

D’elle protocolaire, d’elle printemps

Oserai-je, n’oserai-je pas, indécent…


 

 


Source d'inspiration :


Repost 0
Published by Troubadour - dans Poésie
commenter cet article
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 16:19



Entre ce pin et ce tapis d'épines
Son corps en opulence, divine
Bronzant sous cette ombre contrôlee
Me susurrait d'un air éxagéré :
Ne faudrait pas monter le regard
Pour refroidir l'atmosphère
Juste dans l'essentielle clairière
Là où tes lèvres mumureront jusqu'à tard
Ne me laisse jamais...
Enraciné...






Claude Monet  1888  Antibes
Repost 0
Published by Troubadour - dans Poésie
commenter cet article
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 09:27

.My fly.

Te dire je t'aime
Comme un toujours d'idem
Inlassable thème
Moi, le troubadour, j'enchaîne
Au fil de tes lèvres, un poème
Nul alter-ego, nul blasphème
J'écris mots comme je sème
L'amour banal, voir même
Sentiment que j'appelle
En un simple terme
Mais à quoi bon l'écrire, dilemme
Je crois que te le dire, florilège
D'accords sur tes lèvres, mise en scène
Toi, moi, décor dans un chaume
Près d'un feu crépitant d'haleines
Nos flammes de carême
Juste se sontempler, en traîne
Nos mains tatouées de l'autre
Nos lendemains en commun
Un baiser doux chaque matin
Un éternel amour
Notre Amour...




Repost 0
Published by Troubadour - dans newborn
commenter cet article
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 14:54



.Argentine.

 

Entre dans la bouteille, voir

Si tu y trouves de quoi boire

Laisse-en pour l’esprit qui y vit

Laisse-en, il te remerciera

 

Entre dans la boite, voir

Si tu y ressens quoi vivre

Laisse-la place pour ce clandestin

Laisse donc entrer  tous ces petits riens

 

Entre dans son esprit, voir

Si tu y découvres satyres, délires

Laisse-le alors rêver à cet amour

Laisse-lui y croire toujours

 

Entre dans son âme, t’asseoir

Regarde les remparts, son histoire

Laisse Antibes te racontait son jadis

Laisse-le te dire combien il l’aime à l’infini

 

Entre dans son tombeau  à choir

Regarde le bois de cagette, fumoir

Laisse une taffe, l’ecstasy féerie

Laisse-la  dire que  tout est bel et bien finit….

13 février 2009

Repost 0
Published by Troubadour - dans Cendres
commenter cet article
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 16:50

.Réapprendre.

 

 

Au parfum de l’existence, j’ai marché aux mots entraimés

L’espoir alors d’avancer vers la lumière enjôlée

Offrant  à l’âme, la plénitude des candeurs

 

 

Aux excréments de l’imparfait, j’ai tenté l’ascension

Rien qu’une fois, parvenir  au cœur instant

Au summum, l’Amour  menant au bonheur….

 

 

La suite n’a rien de délectable, excessif sparadrap

Silence qu’indifférence en outrance, répulsif tralala

La souffrance en pitance, complet  obscurantisme

 

 

Et quoi que pense le lecteur, jour à la nuit

Rêvéalité à être, absorbeur y comprit

Le feu immolera l’inconstance, séisme…

 

 

 

12 février 2009

Repost 0
Published by Troubadour - dans newborn
commenter cet article
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 16:12

.Nature à toi.

 

Bien que j’ai tout donné

A défaut de comprendre

Je n’ai pas su regarder

Tout au fond de mes méandres

 

Ce parfum de toi

 

Et à t’écrire pour t’attendre

J’ai osé faire ce pas

Rien d’irrationnel à entendre

Tous ces sentiments là !

 

Un Amour de foi

 

Et passent en nos vies

L’évidence pluralité

Jamais ne meurt l’envie

Tout enlacés à partager

 

L’idem de soie

 

 

 

20 septembre 2006

Repost 0
Published by Troubadour - dans Cendres
commenter cet article