Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 07:33
Epuisant ! Ô le délire du n'importe quoi...

 

Depuis tant, trop

Et puit sans eau

Le délire d’écrire

N’importe quoi

 

Foules, l’encre, déchiré

Boules, entre épuiser

J’écris qu’enivre

N’importe quoi

 

Le ciel sous oxygène

La mer fond

Et moi entre, survivant

Complément, mutagène

 

L’amour saoule la mort

Les pleurs pointillent le chemin

Et demain, que de ports

Sans moitié, destin…   

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 11:38
Fantasmagorique Dancétaria

 

 

La nuit, intense qu’inévitable

Venant chaque soir, cérébrale

Le souvenir, flash-back de pourquoi

La nuit, noir d’arc-en-ciel invisible

Venant à minuit, l’impossible

Le soupir, l’envie, tout contre toi

 

Dehors, miaule grisaillerie

La vie n’a que matins

Les mêmes, si certain

Qu’un jour de plus, vieillerie

 

La nuit, danse psychédélique

Ta peau sombre, fantasm’éric

Lumière, chaleur en roi

La nuit, croire au royaume féerique

Elfes en secours, parabolique

L’écriture, le même mot, Toi

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 11:19
Mononucléosien rave

 

Regarde le ciel, regarde les étoiles

Une à une, parfois filante

Regarde le ciel, regarde les étoiles

Parfois luminescente

 

Regarde aux lèvres, moiteurs

Regarde, la fièvre, ailleurs

 

Regarde le ciel, regarde les étoiles

Si filantes, vagues après vagues

Regarde la mer, regarde les étoiles

Si ondulantes, soyons vagues

 

Regarde au lit de l’intimité

Regarde, tombe de regrets

 

Regarde le ciel, regarde les étoiles

Plus loin qu’éther, l’amande amère

Regarde le ciel, regarde les étoiles

Dieu garde le secret, en mer…

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 18:44
Communiquer avec soie...

 

Avec quelle grimace, le clown s'excuse de rires ?
Sur quelle branche, l'oiseau dissimule avant de s'enfuir ?

 

Et vous, lecteur d'ombre, combien vous reste t-il ?
D'heures, heures avant d'avenir
Sueurs, questions inutiles
Quel pas au présent et t'écrire
Futile comédie, tragique mascarade
Vivre, musique en accord, pléiade.

Intro, tu savais qu'un jour viendrait
A cette tragique comédie
Voulant se quitter
Tu savais qu'au toujours sommeiller
La déchéance de ce qui vous a unit
Aujourd'hui, plus de regrets, avancer

Le temps qui vous regarde
Ne suspendra pas son vol
Quoi qu'elle fasse ou que tu supposes
La vie mérite le meilleur, phare

Tu savais qu'un jour on se quitterait
Comme vous vous êtes aimés
Tu savais que ce jour viendrait
Inutile de pleurer, de crier, avancer

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 20:57
Bella vita

 

Non, n’attends rien de moins

Entends tout au plus

Fond’vent

Non, n’étends rien au foin

Encens, tout se mue

Con d’enfant

 

Hier, distraction

Exténuation

Le monde est tellement

Qu’ailleurs finalement

Meurs le ridicule

M’bouscule

 

Non, n’attends rien en soin

Embrun tout au plus

Fond’temps

Non, ne prends rien au moins

La belle est nue

Con dormant…

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 20:19
Et go ! Jumeau en glace...

 

Les anges sont descendus

Nus de préjugé

Tu dis : pas vrai !

Pas eux, si crue

Où sont, liste, ailes

S’envolent à même

 

Les anges sont venus

Invisibles senteurs

Odeurs du bonheur

Les anges partout, mue

Rejoins ce paradis

Meilleure vie

 

Les nuages ont disparu

Le ciel, éveil en rayons

Oublies problèmes

Ouvres les volets, et nue

Mère, viens, allons

Vivre, cadeau d’Eden

 

L’amour

 

Les anges sont descendus

Les anges sont venus

Leur message

Les anges nus, émus

Les anges, peaux mus

Vivre avant passage

 

Chaque matin menant la nuit

Chaque instant avant l’infini

Simplifie, couleur unie

Chaque regard pourtant comme si

Choisis ton chemin, même si

A la fin, quel paradis ?

 

L’amour !

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 22:16
Ne plus grimper à l'échelle des ouilles ouilles...

 

Fabrique d’invisible, tout à l’intérieur

Magie d’inch’Allah, maladie à sueur

Si on me dit, rien de clair

Ni d’y voir, ni de guérir

Drôle de personnage à me définir

N’en reste que le malin qui se terre

Donnant parfois représentation

Théâtrale supplique d’exhortation

Mes cris d’applaudissement, torturent

Pas à l’abri, meurtrissures

Les blouses blanches s’épanchent

Dans cette pénombre de planches

Là où ils décryptent l’essentiel

Composition, suppôt au fonctionnel

Séquelles, douleurs, vieillissent

Neurones à la peur d’une autre crise

Personne ne m’a promis, never more

A croire plus que jamais, rode la mort…

Oh non pas qu’elle soit ma peur

Souffrir en summum, loin du bonheur

Oh non pas que je l’ignore comme tant

Je suis né avec en compagnon

Et chaque instant, elle veut me prendre

Patience, je lui demande avant d’apprendre

Et en retour, elle me cogne pour leçon

Je dois être proche de cette saison

Brouillard, fumée d’après, m’importe

Sans boite à lettres, m’exporte

La seule chose, ne pas souffrir

L’amour, douceur à découvrir…

En attendant sachet pour vidange

Comprimés en mélange

Et surtout ne plus monter à l'échelle

Rien ne presse, infidèle !

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 23:05
A l'intérieur, tout y est...

 

Elle m’évade souvent

Minuit rendez-vous, midi

Subconscient moment

L’heure du paradis

 

De me voir surgir

Sans prévenir…

Tout cela pour

Sans défense

Sans défiance

Sans détour

 

Son câlin, ravageur

Sens câlin, unique

Sang câlin, onirique

Son câlin, noble crieur

Clé de mon âme

Ecrire ce rien que brame

 

Il est temps, avant

Tant qu’après

Tard, regrets

Alors lire sérieusement

 

Me dira-t-elle au profond

Saura-t-elle à l’âme enfant

Dissolvant, fond, tourment

Ce sentiment persistant

 

Qu’elle donne l’absolution

Me pardonne d’affection

Au vœu d’un sourire

Trace, fil souvenir

 

Malgré les ans, malgré les larmes

Dansons comme avant, charme

A cette vie, à cette séparation

Trace, notre émotion

 

Qu’elle donne l’illumination

M’enrobe de sensations

Au mieux d’un avenir

Trace, délivre

 

Pour quelques heures, pour un bonheur

Dansons comme d’antan, douceur

A ce déni, à bonifié

Trace, l’amitié, muer…

 

Vertige, malaise, ventre à bleu

Maline, falaise, montre à dieu

Je voulais te dire, timide

Te l'écrire, pas digne...

Demeure, ma douceur

Foi, trop rêveur...

De cette réalité, trop de manière

Bonne ou pas,  pas d'savoir-faire

Je t'envoie ultime baiser

Rêvéalité...

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 22:53
Thèse à mont !

 

Celle qui là-haut, oui celle qui d’ego

Donne aux rêves, l’image d’Eden

De celle qui descelle ce propos

Ailes au vent, encensant l’idem

Ecrire  soul réalité, ce rêve

Profond, l’alliance des mots

Conjugaison qu'aime

L'odeur de ça, Poe ! (sa peau)

 

Never more !

 

Celle qui m’altère, oui scell'ego

Sonnant l’heure avant qu'vienne

Hom'à son eau, d’heure si chaud (son odeur)

Celle que j’imagine, saigne

Serai-je devenu allié, né, je ne sais  (aliéné)

Serai-je deux, allez, nez, poucet

Celle qui, plus jamais

L’aurore, ciel d’où se sait

 

Never more !

 

Cailloux de nuages, drôle d’expo

Jamais plus, mirage d’ans

Cène si, là-haut, oui parano

Croasse bohème, puant

Celle qui comprend, meurt

Celle qui m’attend, aussi à toute heure

Ecume aux frasques, n’en finit

Remparts de fracas, cendres d’infini…

 

Ever more !

 

Celle que j’aime, oui celle qui feint

Toujours là, merveilleux si

Celle qui m’aime, oui celle qui feint

L’amour, va ma pensée, et si…

Celle que j’attends, oui celle qui aussi

Pourtant la vie nous rend-t-elle

Celle qui m’attend, oui celle qui dénie

Veillant l’ami, surprenant thème

 

Vers après verre, je récolte 

Je vieillis, souffrance 

Pas d'accord, silence

Poe, et si, colt (poésie)

Une seule suffit

Mer après, fini...

Never more

Overdose, mort...

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 18:06
Potentiomètre d'oser

 

Confiant et résistant, contradiction
Élevant et certifiant, destruction
Pourtant avant géant; depuis vent,  réclusion
Être en reflux, infusion; être confus, démission
Soumission, acceptation
Saoul mission, abcès d’action
Tant de détermination pourtant tout le temps
Mort vivant se refusant, fort dedans, reprenons
Conception  d’interdit, perception fond’mer 
Et s’enfuit la vraie vie, déroutant
Être en contradiction, résistant
Ampère  protecteur, prise en terre
Et pourtant, pourtant autre vision, autre ….
Refus, en pardon, vivre mort d’essayer,  faute ?

 

Une seule vie ne suffit, je reviendrai
Une seule et…

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article