Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 15:12
Ordonne-moi

 

Ma jalousie est une énigme

sanctifiant les autres, prisme

Elle amplifie chaque fois

Qu’une comme toi

Observe, ah muse, rusée

Trop blessé

 

Ma luxure est une douleur

Vendant jusqu’à l’aorte, bonheur

Elle simule chaque fois

Qu’une comme toi

Y choit, amoureuse

Ame vicieuse

 

Ma vérité est une enfant

Scindant d’apôtres, innocent

Elle pleure chaque fois

Qu’une comme toi

Y voit, faiblesse

Aura vesse

 

Ma dernière est un crible

Mendiant mots, inaudible

Elle rime en clés secrets

Qu’une comme biaisée

Y voit, ailleurs

La bonne heure…

 

A ce dernier  ...

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans Foulardise
commenter cet article
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 12:26
L'oublie jusque...

 

A notre existence, il y a parfois

 L’être d’exception, blanc ou noir

Sang, sentiment

Quelque part, il y a parfois

Derrière une fenêtre, à voir

Ce moment

 

Plus rien ne sera

Que demain, aura

Instant

Sentiment

 

Toute notre existence, cette seconde suffit

L’étincelle, fusion qui

Toute notre existence, après tout suffit

Illumine, élude soli-

Etude

Sentiment

 

 

Ondulante vibration, merveilleuse

Sensitive caresse, sulfureuse

Si intense, simplement

Sentiment

 

Après, tout suffit,

Paradis d’amnésie

Toute notre existence à chercher

L’indéfinissable

Toute notre vie ne sait

Jusqu’à, sentiment…

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans Poésie
commenter cet article
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 20:57
Sablière du temps

 

Au cœur de la plage, parasols
S’étend l’image, belles, idoles
Courbes à styles, tongs d'opéra
Avec manières, tralala
Mobylette pour compète
Gonflée, que des pétrolettes…

Hier encore, dorure en pelures
Mer, lent, dents blanchies
Arborant l’ombre d'azur
Embrasant au cœur d'If
Voyou aux plagiaires rêveuses
Embrun et vagues voyageuses…

Partis pour nager, n'oubliez pas sa bouée
Seaux et râteaux, plus, s’il veut des pâtés
L'important, emmaillotées, baisers écrémés
Sentiment insolvable, égaré
Ne parlez pas d’amour, perdez
Singe aux grimaces, l’animal sacré !

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
29 septembre 2017 5 29 /09 /septembre /2017 11:17
Pouc-et-love !

 

Entre elle et moi

Comme la nuit et le jour

Le ciel et la mer

Profondeur du toujours

Tout et le contraire

 

Entre elle et moi

Le goût des coups

L’amer altère

Seul, bonheur fou

Soul jusqu’au dévers

 

Entre elle et moi

Le coup de foudre

Ecstasy, surprends-toi

Fusionnel poudre

Aime-toi pour moi

 

Entre elle et moi

Comme la vie à la mort

Si près et si froid

La peur et remords

Aime-nous pour toi

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans Cendres
commenter cet article
25 septembre 2017 1 25 /09 /septembre /2017 17:38
Farine de souvenirs

 

Depuis des nuits, si longues

Les étoiles pointillent

L’éternité qui sépare

 

Depuis son île, tangue

Les émotions difficiles

Le manque, haut phare

 

Entre pourquoi, caliente

Estropeado, suavemente

Elle danse, flamenco

La vie pour plus haut

 

Comme le sol, si là

Tombe d’l’espoir

Dos à dos, ébats

 

L’ombre d’y revoir

Vaine interrogation

Se dérobe le souffle

 

Tournoie, gesticulation

S’enrobe, se camoufle

Ce souvenir, vamos

Loco, encore, dose !

 

Laisse aller, la vie continue

L’histoire infinie

Ne reviens pas, tout au plus

 

Ouvre ce pli

A l’intérieur, otra ola

Influx, otra estrella

 

Tout reviendra

Despacito, el amor entrega

Importante, sans blabla

Nada termina, faro de ella

 

 

A ma fée d'ecstasy.

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans Cendres
commenter cet article
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 08:26
Fils, gardez le cap...

 

Si t’écoutes en arrière

Te mettant en pause

Doute ou peur, amer

Faut que t’oses !

 

Si tu regardes le drapeau

La couleur de peau

Moult et compagnie

T’as lien, compris ?

 

Idéaliste, utopiste

Complexe, tape sur ta fesse

Simpliste, humaniste

Perplexe, tape sur tes fesses

 

Si tu juges, regarde mieux

Si tu parles, aimes jusqu’aux cieux

Soupe et pain rassis, paradis

La vie ainsi !

 

Si tu t’égares aujourd’hui

Genoux à terre, cris

Goûte la vie, flux

Aime jusqu’à ne plus !

 

Elitiste, autiste

Simplex, tape sur ta fesse

Opportuniste, ethniste

Implexe, tape sur tes fesses !

 

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans newborn
commenter cet article
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 07:33
Epuisant ! Ô le délire du n'importe quoi...

 

Depuis tant, trop

Et puit sans eau

Le délire d’écrire

N’importe quoi

 

Foules, l’encre, déchiré

Boules, entre épuiser

J’écris qu’enivre

N’importe quoi

 

Le ciel sous oxygène

La mer fond

Et moi entre, survivant

Complément, mutagène

 

L’amour saoule la mort

Les pleurs pointillent le chemin

Et demain, que de ports

Sans moitié, destin…   

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 15:06
Vaine question...

 

Du rêve au cauchemar, deviens trop grand

Le ciel se brise, trou noir, le cœur béant

De l’espoir à l’île aux pirates, après, naufrage

Le sable s’écoule, et moi, l’antre clash

 

Brasero de souvenirs, bien trop

Qu’à l’ultime rêve, dort l’héros

Plus de mot, Poe d’corbeau

Reste ce sourire à sa mort, pas beau

Qu’une nuit, bien trop tôt

L’extinction, toi, Frérot…

 

Du rêve à la méditerranée, pot de propos

L’éclat d’une famille, tournesol en lambeaux

De l’espoir à cette absence, infini si haut

Le manque, dort Frangin, idol’ego…

 

Même la mort, pas encore

Crève à petit feu, enfouis au corps

Le chemin du parano

Trêve d’une nuit, rêve d’ado

Clos d’maux, noir de corbeau

L’Amour veine mes idéaux…

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 12:39
Comm'un chemin

 

Le cœur de l’histoire est

Comme moi,

Le cœur de la mémoire, plaie

Comme quoi

 

Le paradis sur terre

Un pari perdu, glaires

Assis-toi, regarde saint parfait

De l’autre, ultime vérité

Il y a, ni passé, ni futur

Quant au présent, trop mur

Des milliers aux milliards

On vit l’enfer du sentiment

L’envers du grand moment

Toi, viendras-tu au paradis

Mon contraire, satyre

N’peux me défaire, pire

La lune ignore mes brulures

N’m’demande pas une allure

Qu’un soleil, toi et moi, éclipse

Le meilleur, délices….

 

 

Le même chemin

Encodé de préjugés

De valeurs inculquées

Sinueux qu’insolite, laisse parfois

La surprise, sans voix

Et si une fois, oserez

 

Conditionné, budgétisé  

Scolarisé de pensées, codifié

Liberté d’herbes erronées

Le pas sur des rails pour fer

Le sentiment, hors-frontière

Et si cette fois, osez

 

Marginale pensée, le rêve

Dimanche cessible brèche

Embrasse derrière l’idem

Ce moment où vivre, vivre

N’a plus de repaire, que même

Embrasse si décider, et vivre

 

Libre… Vivre

Un autre chemin

Libre… Vivre

Comm'un chemin…

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans newborn
commenter cet article
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 11:38
Fantasmagorique Dancétaria

 

 

La nuit, intense qu’inévitable

Venant chaque soir, cérébrale

Le souvenir, flash-back de pourquoi

La nuit, noir d’arc-en-ciel invisible

Venant à minuit, l’impossible

Le soupir, l’envie, tout contre toi

 

Dehors, miaule grisaillerie

La vie n’a que matins

Les mêmes, si certain

Qu’un jour de plus, vieillerie

 

La nuit, danse psychédélique

Ta peau sombre, fantasm’éric

Lumière, chaleur en roi

La nuit, croire au royaume féerique

Elfes en secours, parabolique

L’écriture, le même mot, Toi

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans L'enfer des mots
commenter cet article