Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 18:27
Embaumé

 

 

L’histoire commence sur une larme

Pas de danse, sur sa joue, enflamme

Le regard qui s’en suit, dragon

Et danse sur ses lèvres, fusion

Lorsqu’elle disparaît à menton

L’histoire aurait pu finir d’imagination

Si sa main n’avait pris mon cœur

L’enserrant à lui faire écrire

Les mots multi-bonheur

Dehors, la nuit à plus finir

Lorsque loin d’elle, je meurs

Comme l’enfant pleurant

Comme l’adolescent aimant

Jusqu’à ce vieux, ailleurs….

 

L’histoire d’amour, finit toujours

Male, je l’aime et l’aimerai qu’un jour

En mer, pousse une fleur

L’histoire dira alors, légende d’une larme

Les gens raconteront, rieurs

L’histoire, complainte d’un drame

Coule cette larme sur joue

Racine au sable d’Antibes

Elle est, demeurera l’amour

Elle et moi, même dans les limbes

Elle en moi, pur amour

Elle, viens, viendra-t-elle

La question est posée

Elle, dominicale sucrée

Qu’importe, vivre ciel !

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 20:23
Sextapens =  mix d'une sextape et d'un guet-apens = imaginatif

 

Unique dans sa tunique

Si c'est une tique, pas de panique

Préservatif, analyse l’alibi

Problème de cric, pis pas d’envie !

 

Fente à carte, cash avant liquide

Chambre à numéro, urne lapine

Luxure raffinée, rapide

Ce soir, retour casa, avec qui devine !

 

Balance parfum, anesthésie réalité

Contribues au devoir du marié

Sourire et canne à bises, bonne nuit

Hôtel du cul retourné, la vie !

 

Le lendemain, remake, sms de pute

Ordonnance d’une culbute

Prends ciel, assure aux risques

Et cornes, mensonges d’obélisque

 

Tout va et vient avant qu’elle râle

Plus de sexe, relation à dédale

Fuir avant de se prostituer

Trop tard, perdu, tout ca, décharger !

 

  

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 17:13
Imagine, libère ton âme, libre !

 

Tu marches comme l’oiseau dans le ciel

Et chaque marche, mène à l’idem

Et à chaque battement, poitrail d’espoir

 

Tu marques comme Sherlock le détail

Et chaque remarque, mène vers quoi

Elémentaire, watts de toi

 

Tu voles comme l’oiseau qui passe

Laissant seul trace

L’amour, traine de souvenirs

 

T'enlies l’astral pot de miel

Et chaque nid, petit ours à thème

Et à chaque filante, juste t’y voir

 

T'embarques les nuages à limailles

Et chaque barque, scène de pois

Et à l'arche, juste toi

 

Tu doles l’histoire et impasse

Nébulosité enlace

L’amour, seul avenir…  

 

A Toi, Bernard Love Brother for ever... 

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 21:52
Voile sensitif

 

Cœur en crise, mains froides
Intérieur, sensations
Sens en action, perception

Tête en panique, émoi
Annonciateur, vision
Indéfinissable et pourtant

Annonce imminente
Qui ? Pas de contrôle
Quand ? Subir en parabole

Schizo ou déficience
Comment ? Cœur symbole
Incompréhension,  quel rôle ?

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 20:27
Proie d'avril, peur bleue...

 

Matin d’avril, j’ai les yeux bleus

Viendra mai, sans doute, le merveilleux…

Classe, en marche, troubadour écolo…

 

Matin d’avril, poisson hameçonné

Viendra en friture, à s’y lécher

Trash pensée, n’en demeure gigolo…

 

Tête droite, la démarche pour trois pizzas

Emplette du séducteur, tout cela pour ça

Vraiment qu’un rigolo…

 

Casanova n'a pas peur, d'Orangina... Oui !

Secouée de la pulpe, proie ou paris

Chasse, bien caché le petit oiseau…

 

Sournoise femme, regard en directive

Marche droit, tête basse, digestif

Quelques vers, cuite d’ego…

 

Elle m’épelle, moi pas

Quart d’heure, quinze minutes, la voilà

Le temps d’appeler S.O.S., sortez-moi de là !!!

 

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 19:10
Se pardonner

 

 

A l’antre du port, j’ai regardé

Cette rive endormie, de ce phare

Là où dorment les souvenirs

Dernier souffle de toi

 

Et depuis, je n’arrive pas à dire

Ni à Dieu, ni au revoir

Et partis, je n’abdique à part

L’envie d'Aimer.

 

Des raisons, compassion

Déraisons, démission

Je n’arrive pas à pardonner

Je n’arrive pas à la laisser…

 

Antibes emporte autant

Ni haine, ni rancœur

Juste ma dernière demeure

Aimer juste avant…

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 20:12
Que la réalité vienne, simplement...

 

Et le matin s’éveille, soul jour

Comme ton sourire, sans discours

Bébé, sur ton oreiller

J’aime, secret

 

Et la journée, sms d’amour

Comme nos désirs, sens velours

Bébé, sur ! Ton baiser

J’aime, corsé

 

Et le soir à la salle d’eau, concours

Bulle deux, savons-nous au retour

Bébé, sur ! Enlier

J’aime, envouté !

 

Et revient la nuit, saison d’abandon

S’emmêlent doigts estuaire, idée

Bébé, sur ! Fusion

J’aime, réciprocité

 

 

… en attendant…

 

Et appartient communément

Shadow temps, se trouver avant

Vivre ce roman, sentiment

Cette réciprocité, simplement

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 13:41
Obligation de rimes

 

 

Obligé de la trouver, avancer

Qu’importe le temps qu’il faut

Avancer, obligé de deviner

Celle qui, scelle mon ego

 

Bien des propos, jolie

L’idée, l’île de la Rêvéalité

Plage où tout est écrit

Carte au trésor, la trouver

 

Ce qu’il faut savoir, à dos

J’ai laissé passer Bimbo

Fuite, sablé pour choco bobo

Joconde, tout est faux

 

Tournique mon âme

Luxure, trop d'ratures

Fornique, me crame

Souillure, désinvestiture

 

Obligé de trouver

Oublié surtout j"avais

trop près ; pas su, troué

Manifeste, vil concerné

 

Obligé de trousser

Souillé, pas prostitué

Passez, passe d’overbooké

Chercher l’invisible, no say

 

Obligé de creuser

Haut, réciprocité

C’est obligé, va trouver

Trop tard, elle est passée…

 

Rien à carré, obligé

Décroche ta pensée

Suis l’osmose, l’innée

Trop tard, elle s’est casée…

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 20:37
Station sLea, game over

 

 

 

Inlassable, la nuit revient toujours

Toujours la même, toujours

Et toi, alcool amnésiant

 

La route dans l’obscurité

Les roues au bitume éclairé

Roule l’espoir de revoir

Coule bielle de savoir, illusoire

 

Et chaque kilomètre, chaque intersection

Le sentiment en carburant

Le péage du temps

 

La vieillesse, argus, grisonnant

Usure, jusqu’à cette impasse

D’où ton silence s’entend

Assis au rempart, j’attends, j’attends...

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans Léa
commenter cet article
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 12:05
Tout se finit ce soir

 

Il

 

On dit que la nuit

A vrai dire, qui

Et qu’après, sans rancœur

On vit de bonheur

 

On dit qu’aimer

Avorte l’inespéré

Trop de dicton

Nez de con…

 

Lui

 

Aimes-le si tu pars

Sois auprès aussi bizarre

Aimes-les sans moi, seoir

Ce soir, au revoir…

 

Eux

 

On écrit pour découvrir

A travers, le travers

On s’écrit pour divertir

Si pervers, le devers

 

Qui d

 

Madame s’éteint

Rejoignant la source

Damoiselle revient

Elle, mer, ressource

 

Elle

 

On dit trop toujours

A un ego, qu'un jour

Suie l'après, l’amour

Le croire, velours…

 

Lui

 

Aimes-le si tu décides

Haine à moi, aimes a rides

Aimes-toi d’abord, élucide

Aimes l’a dieu, précipité, suicide…

 

 

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article