Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 22:27
Perplexe imaginatif

 

Onzième lettre en préambule

Même s’il demeure au vestibule

Caché au fin fond du placard

Ombre pour tout regard

 

Ne vous y fiez pas, énigme

Ne cherchez pas, paradigme

Dissimulé, cas en préservation

Par cette lettre, interrogation

 

L’homme qui, d’un cas

En est-il, somme à k

Paroxysme imaginatif,

Soulève l’esprit dubitatif

 

Personne n’est créditeur

Double k, drôle d’odeur

Hormis son sourire féministe

Dissimulant tel voile d’intégriste…

 

Perplexe imaginaire

Gagnante du millionnaire...  :-)

 

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans Délire
commenter cet article
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 10:38

 

J’ai connu Joséphine à une soirée danse

Si belle que timide, si croquante, chance

Elle m’a sourit et je l’ai invitée, danse

Pas à pas, sourire sur sourire, chance

On est sorti, un bisou puis deux, danse

Nos langues échangées, chance

On s’est revu, cœur qui danse

Joséphine, demoiselle de cœur, chance

De beaux souvenirs qui dansent

Toujours depuis, quelle chance !

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans Délire
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 08:35

 

Dimanche jeun

 

Sans latin, les mots n'auraient de lauriers, ni teint ! 

Et la tranche de ragot n’aurait goût de purin

Idem au vin dans son calice qui perdrait son tanin !

Et pour la messe, sacristie d'une office à dédain

Non, quoi qu'on écrive, sans latin, déclin !

 

Dimanche plein

 

Sans latin, les mots auraient cultes qui culbutent les Saints

Pontife, archevêques jusqu’aux curés, prions Dieu en latin

Pour que vices n’aient leurs sévices de putains

Qui du soir au matin, buissonnent aux trous, les gourdins

Non, quoi qu’on écrive, le latin cache bien le malin…

 

vult esse vivere diligere tunc vado vivere in Dei lumine...

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans Délire
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 12:32

 

 

Elle change mes mots en rêve

Mes lignes en amorce

Elle danse, se métamorphose

Lorsque je lui écris, je t’aime

 

Insaisissable, elle se cache

Inabordable, elle  me lâche

Je suis une Signorina

Une Grinta !

 

Madre de Dios,  quelle femme

Ses lignes courbent ma voix

Elle enchante ma scène

Danse encore, rien que pour moi…

 

Olé !

Repost 0
Published by Troubadour - dans Délire
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 21:50

 

Non ne parle pas à cet instant laisse moi te regarder si belle qu’au silence à te voir à mes côtés

Non ne dis rien et  offre-moi ce temps de penser qu’au ciel, soleil immense à te voir me réchauffer

Non ne sois pas intimider sur cette idée, donne-moi juste un baiser, quel rêve à t’avoir, inespéré

Non ne doute pas, cette sincérité, branche d’un arbre bourgeois, t’enfleurer

 

Oui je ne suis pas celui dont tu as rêvé, trop petit, trop dégarni, au ventre trop enveloppé

Oui je ne sais pas autant qu’un ingénieur, sculpteur des pensées, un peu trop dépassé

Oui, je ne parle pas comme j’écris, profond mon cœur s’y est ancré d’oser

Oui je ne saurai t’offrir le présent d’un avenir  à te combler

 

Pourtant aux galas de nos regards, je n’Aime, n’Alunirai que toi

Qui que tu sois, où que tu sois, lis-y toute ma foi

Qu’entre toi et moi, je n’attends qu’un baiser  d’émoi

Pour que nul mot, écrit que dit, nul silence… Embrasse-moi

 

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans Délire
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 05:47



Ma mère m’expliquait que jamais

Il ne fallait faire pleurer

Ni sa maman

Ni sa grande maman

Et surtout pas sa future au perron

Qui serait un jour, mère de mes enfants

Ma mère m’expliquait les règles de vie

Qui offrent les pétales aux roses rougies

Et ni mon père, ni mes frères ne répondaient

Et quand ma mère expliquait

Le silence des hommes

Et quand ma mère fredonnait donne

Les notes s’accrochaient sur mes veines

Partitions d’explications, cornéliennes…


 

 

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans Délire
commenter cet article
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 16:01




Toi, fleur de regards

Ouvre-toi, parfume-moi

Donne-toi de toute part

 

Et aux pas qui sèment troubles

Rêveries, toi contre moi

Bourgeonnent double…

 

Vertueuse beauté florale

Offre-moi, colorie-moi

L’émoi animal

 

Je te mangerai, te dénudant

Ouvre-toi, parfume-moi

Je m’enivrerai, si sensuellement

 

Toi, fleur de mon âme

Volute-moi, prends-moi

Et jamais plus, juste toi, j’en clame…

 

Avec passion , l'ange, en lit, délit...
Avec pulsion, lange, envie, interdit...  



Repost 0
Published by Troubadour - dans Délire
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 05:37


Just answer, just say Yes or No…

 

Et tous ces regards qui se croisent

De pensées, d’une fleur au bonjour

Au lendemain qui chantent, se froissent

Inlassable rituel pour l’amour ?

 

Et tous ces regards qui ne débouchent

De galeries, de profondeur insalubre

Aux gâteries depuis votre bouche

Inclassable sanitaire, lugubre

 

Et tous ces regards charment qu’armes

Incessantes vagues, dépose question

L’âme se noie-t-elle dans les larmes ?

Et du lundi au dimanche, nulle réponse, indécision…

 

09 mars 2010

Repost 0
Published by Troubadour - dans Délire
commenter cet article
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 06:05

.-Croupière.

 

Sur la veine de mon cœur,

Cicatrice d’un oc bonheur

Et sur la reine de cœur

Un autre moi  pour bonheur

 

Atout pique me laisse carreau

Atout trèfle quatre mois sans toi mon cœur

Capot et dix de der en bataille d’ego

Car, pot de poker, flush, un troisième, mon erreur

 

Et si sur la table, tapis pour banco

J’ai tout perdu jusqu’à toi

Et si sur la table, quitte ou double zéro

J’ai gagné à tout perdre de toi…

 

24 février 2010

 

 

 

 

Repost 0
Published by Troubadour - dans Délire
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 09:57


.-Bal à deux.


Et si tu venais visiter mon nid

S’il te prenait l’envie

Essaie donc, tu verras, oui

Et si je pense toutes les nuits

Aux jours de cette vie

Qui offrirait paradis

Et si je me lance à tous ces écrits

Aux velours de ton déni

Simplement, lis, si  épris

 

Et si tu venais visiter mon abri

S’il te tentait, essaie-moi, oui

Et si je pense tous les jours qui

Aux  nuits pullulent folie

D’un nous, enlie

Et si j’élance dans cette poésie

Rime ma peau friselis

Aux champs des saisons qui

Foisonneront, on parie ?

                                                                                                  19 février 2010




Repost 0
Published by Troubadour - dans Délire
commenter cet article