Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 21:06
Ailleurs aux champs Elysées...

 

J’écris d’une saison

Qu’on dit meilleure

 

Si lointain horizon

J’écris d’ailleurs

 

L’incréé sermon

Bancs de prieurs

 

Diable vert où céans

Vaine explication, ailleurs…

 

J’écris d’une maison

Lumière intérieure

 

Mélodieux plafond

Encens Flo'fleur

 

Autour, j’entends

Tout, comme d’ailleurs…

 

Tout au fond

Obscur, sourd heurt

 

J’écris des champs

et lisez, ailleurs…

 

Silencieux, voyageant

Soyez vivant-rêveur…

 

A mon Frère.

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 17:29
Très laid

 

Je me souviens d’avoir aimer

Je me souviens principalement…

L’essentiel, ce désir partagé

Je me souviens d’être passer

Je me souviens finalement…

Du dernier baiser

 

Et le souvenir tout comme cette photographie

Noir, blanc, contraste la fontaine

Si claire, l’image du rêve enfuit

Être ado, adulte, tout le temps, enfant

Manière, manifestant rebelle

Fond sans cause, tout le temps, perdant

 

Je me souviens d’avoir regretter

Je me souviens nécessairement

Le sang, elle, se pardonner

Je me souviens d’être plaie

Je me souviens misérablement

Brouillard, tant aimer

 

Et les bars tout comme ces verres vides

Gin, téquila, balbutie pulp-fiction

Si belle, le mirage d’elle

Rien posséder hormis l’impossible

L’enfer, bonus sensation

Tant que je n’ose, labyrinthe de sillons

 

Je me souviens d’avoir alliance

Je me souviens en soldat de plomb

La mort, promesse suante

Je me souviens d’être en rance

Je me souviens indéniablement

Du fou, point roi, cédante

 

Et toujours ce bruit du silence

Cette présence dans l’absence

Est-ce là, le fil de l’enfer

Où un paradis sur terre

Juste des questions vautours

Pour finalement mourir sourd…

 

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 16:15

 

Elle cosse et cause l’effet

Pose pas de question

Trop d’informations

Elle ose et hausse mordacité

Terreau, remembrement

Elle, moi, eux en complément

 

Je suis perdu

Pourtant rien n’est perdu

Si ce n’est que moi

 

Elle toaste et ose penser

Pas trop haut sinon

Fuse le ton

Elle pose et pause cassée

Dialecte, sujet castration

Si je pars, imprécision

 

En stand-by

Ou good bye

Tour ment, jeux d’oie…

 

 

On dit que la femme est fidèle

bien plus que ma chienne

Aboie t-elle

ou mord t-elle...

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 21:51
Un morceau d'amour

 

Parce qu'il n'y a pas de norme à aimer d'une manière,

ni  frontière,  ni couleur, ni même d'arc-en-ciel pour définir.

Aimer, simplement, rayon de l'âme, phare, guide du partage...

 

 

 

Aux friselis de ses doigts,

Au doux de sa bouche

Des mots, sa voix

Réchauffa souche

Lisière, ornée

Qu’importe l’année

Du restant

Tomber, l’arbre

Tout comme moi

Rêveur escalarbre

Summum d’émoi

Signe, résolument…

 

Et marche, palier d’acrobate

Une à une, poétiser, automate

Même si dansent, les aortes

Chœur, qu’importe

Son regard, phare

Qu’importe, à part

Rêvéalité

Et même à l’éternité

Qu’importe le froid

Son bonheur pour moi

Enlie mon âme, never more

L’amour, pas qu’un corps…

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 22:01

 

Je suis parti, disparu de la plage
J’ai mit les voiles, loin du rivage
Loin si loin d’elle,  
Lointain à moins, cruel
L’amour impossible
Et aux pieds du rempart, imprévisible
Elle, vague incessante, remuante
Et au cap de toute part, fluctuant
L’amour impossible
Sens dessus-dessous,  incorrigible
Je suis parti, enfuit d’utopie
Je suis ainsi, défauts sans paradis…


 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 00:11
Puzzl'ange

 

Je suis mort à sa main d’hiver

Déchu, sans plus d’elle

Ru aux torrents, dévastant prières

Perdu, sans plus d’ailes

L’enfer

 

Qu’il est dur l’infarctus du verbe lui demeurant premier groupe

Qu’il soit insaisissable, se mélange sang aux donneurs du groupe

Aimer sans savoir, découvrir et voir, pue d'lumière

Aimer sans la voir, respirer et vivre, éphémère…

 

Je suis mort, vole bas l’hirondelle

Les mots pendus, à l’envers

Morne plaine, ciel de stèle

Sans plus d’elle, amer

Ailes de souvenirs, elle, cendres in mer…

 

Qu’il y est, pulsion, picotement, dépêche-toi

Qu’elle soit là, hésitation, interrogation, concentre-toi

Qu’importe si ou pas, découverte émois

Qu’importe pis ou cas, expérimente et au mieux… Bois…

 

 

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 21:30
Disco d'elle

 

J’ai fait mille et une fois
Le tour du monde
En un seul

 

Il a suffit d’un seul
Il a suffit, seuil
Choc, j’hérite 
Roche, j’hésite 

 

Elle a franchit mille et une paroi
Transpercé d’ondes
En un seul

 

Il a suffit d’un seul
Il a suffit, seuil
Croque, veut-elle
Cloque en elle ?

 

  

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 00:04

 

Seul à genoux devant
Seul où debout pourtant
Danse le vent aux vagues
J’aime, point de blague

Qu’elle veuille maintenant
Que le seuil pourtant
Immense sentiment, plage
Rêvealité, seul tag

Seul, le rêve cajole l’enfant
Seul, si grand pourtant
Se réveillera-t-elle 
Si mal dormi, factuel 

Seul, au bout finalement
Seul à bout triomphant
Aucun regret, pourtant
L’amour triomphant !

 

Seul de vous
Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 21:06

Scelle en Toi

Ailes, me tangue

Bout de toit

Elle, un signe d'être

Elle, infime toi

Intime joie...

Repost 0
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 04:45

Elle me dit sublinalement

Elle m’écrit qu’elle ne ment

Et pourtant tout au fond

Si profond sentiment


Elle revient lentement

Elle prévient doucement 

Son cœur n’est pas pret

Pourtant jamais aussi près


Jamais elle, jamais même

Les mots s’envolent  s’entremêlent

L’automne aux feuilles froissées

L’hiver sonne, crépitent au seuil, à jamais…

Repost 0
Published by Troubadour
commenter cet article