Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Piqure de sensibilisation.

Il est de plus en plus pénible, entre le fait de le vivre, de découvrir avec impuissance, l’handicap qui caractérise l’existence.

Après bien des séances thérapeutiques, loterie commune à tant, lot du malchanceux même si cela aurait pu être plus pire, relativité pour compensation.

Il ne reste plus alors que cet espoir commun à tous ; un lendemain, au réveil, l’esprit guérit de tout cela.

Lendemain, lent si lent à venir, même si à deux mains, l’être feindra d’y croire, foi, encore et au corps.

Il appartient à celui qui subit de ressentir la facétie, préjugés des regards face à ce mal invisible.

Les regards appuient là où la douleur fait sable mouvant, sinueux, tortueux aux venins du serpent, comme du sel sur une plaie ouverte.

Et jour après jour, tant que souffle la vie, rage la force de se lever avec cette vision d’aurore.

Et qu’importe cela, demeure seul juge à cet intérieur ravagé de séquelles.

Faut-il démontrer, se mettre nu, striptease pour prouver, attester qu’à toute cette écriture, l’handicap invisible.

Tortures, l’être à ne plus être qu’habit d’apparences…

(Pudique, masque dans ce qu'il suit, lot d'explications, invisibles à vos yeux et pourtant : )

Et poids, attentions, blâmes en concentrations, seul aux mots des caisses incessantes, à ces vagues pressions, vouloir fermer les yeux et même pas pouvoir dormir sans musique pour masquer l’été des cigales… Vertiges à subir, cadeau libido en mal de mer…Et s’associe à ces propos, le pro qui perd, à se reclasser dans des pots de chambre à défaut…

Pas à plaindre, y a pire, relativiser et profiter de ce qu’il reste…

A tout dire, l’éreintement qui guette, bientôt, l’arrêt…

Assurance, si cela s’arrête, sujet d’un arrêt à subir tous ces faux-semblants, cette pitié, compassion où l’haleine n’a qu’un goût de ranci, de mauvais goût. Et à tout cela, respecter, reconnaissance pour protection à défaut d’un monde intelligent…

Difficile cependant, l’énergie en manque, pourtant attendre l’étincelle… Mèche mouillée, l’handicap pompe tout le carburant…

Et faiblesse au devoir d’accepter l’aide pour ticket de faveurs à redevoir…

Y a des jours où le seul horizon dans les séquelles, stone !

Finir sans pirouette pour l’illusion que tout ira mieux ou pas, nul ne sait où tout cela va.

Et en attendant, la seule contre-attaque demeure dans l’espoir de guérir et de sensibiliser ceux qui rient dans le dos de tous ceux qui affichent ces poissons maudits, handicap invisible…

Cela arrive à tout instant, un à un...

Partager cette page

Repost 0
Published by Troubadour